Khalifa Sall prévoit une hausse des tarifs

Publié le par Actions Concrètes ak Khalifa SALL

 

ABASS NDAO FAIT PEAU NEUVE GRACE AU LUXEMBOURG

L’investissement d’un milliard six cent onze millions (1.611.000.000) F Cfa du Luxembourg a permis au Centre hospitalier Abass Ndao de faire peau neuve. Visitant l’Établissement hier, le Maire de Dakar, Khalifa Sall, a constaté que la gastrologie, l’échographie, le bloc opératoire et le local de garde, la pédiatrie, la crèche, la buanderie, l’agence comptable, respirent une « meilleure santé ». Après ces efforts consentis dans l’extension, la réhabilitation et la formation, l’édile de la Ville estime que la hausse des tarifs est inéluctable. Cependant, il est conscient qu’Abass Ndao ne demandera aux populations de payer plus que si l’offre de service est améliorée. 

abassndao.jpgLe Maire de Dakar, Khalifa Sall, a tâté hier, le pouls du Centre hospitalier Abass Ndao, littéralement métamorphosé. Grâce à unfinancement d’1.611.000.000 F Cfa, la structure sanitaire dispose désormais d’automates pour le laboratoire, d’équipements de diagnostic pour la cardiologie, de fourniture et d’installation d’un logiciel de gestion comptable. De considérables travaux d’extension et de réhabilitation ont été effectués en gastrologie, échographie, au bloc opératoire et local de garde, en pédiatrie, à la crèche, à la buanderie, etc. Une partie du personnel a bénéficié de formation. Au bout de quatorze mois de fonctionnement, des efforts ont été faits, s’est réjoui Khalifa Sall, qui s’est aussi félicité de la gestion tripartite conseil d’administration-personnel-administration. Sous son magistère, un budget de 200 millions F Cfa a été alloué à Abass Ndao. Le projet de 300 millions de l’oxygénateur, qui va doter en gaz toutes les structures de santé, va renflouer les caisses. D’ici à décembre, A.Ndao devra atteindre ses objectifs de recettes. « Les tarifs, c’est une question taboue, mais il faut qu’on y touche. On ne demandera aux populations de payer plus que si nous améliorons notre offre de service ». 

Pour y arriver, il faudra combattre l’absentéisme, faire des efforts dans l’entretien. A ce niveau, l’édile de la ville se désole des mauvais exemples d’une serpillière qui traîne, d’une vitre cassée, d’une porte que l’on retient avec une cordelette… En attendant les résultats de l’audit du personnel (qui constitue une lourde charge), l’amélioration de la qualité des soins, un meilleur approvisionnement en médicaments, le démarrage de l’hôpital des Parcelles assainies, Khalifa Sall fait un appel du pied au Chargé d’affaires de l’Ambassade de Luxembourg, pour lui demander de voir les fonds de caisse et de continuer à les appuyer pour l’étanchéité. « Le monde rural est là, c’est 5 millions de population. En restant à Dakar, vous êtes toujours dans le monde rural », plaide-t-il. Promettant de faire d’Abass Ndao un bijou, il remercie le ministère de la Santé et le Gouvernement. 


La sollicitation n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd, a répliqué le Chargé d’affaires de l’Ambassade du Luxembourg. Cependant, rappelant que le projet prend fin en 2011, il avertit qu’il ne peut s’engager, non sans ajouter que la collaboration demeurera. Souhaitant également que la coopération luxembourgeoise les accompagne, le directeur par intérim du Centre hospitalier, Amadou Ndiaye, fait remarquer que les premiers actes de Khalifa Sall, après la victoire de mars 2009, ont été de ressusciter et de perfuser Abass Ndao avec 400 millions F Cfa. Grâce à la mise sur pied d’un cadre de concertation dynamique, matérialisé par une gestion tripartite, les problèmes sont discutés en interne. Résultat des courses, depuis l’arrivée de Khalifa Sall, il n’y a plus de grève, constate le directeur intérimaire. Symptôme ne pouvait être plus révélateur d’un diagnostic favorable. 

Hadja Diaw GAYE l'asquotidien

 

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article