Grâce à la mairie de Dakar : Le bloc opératoire de l’hôpital Abass Ndao de nouveau fonctionnel

Publié le par Actions Concrètes ak Khalifa SALL

Le bloc opératoire de l’hôpital Abass Ndao a repris du service. Cela, grâce à une subvention de 278 millions de la ville de Dakar. Autre bonne nouvelle, la structure hospitalière ne connaît plus de rupture d’oxygène dans le service opératoire. Toutefois, des problèmes subsistent. Les services d’urologie et de cardiologie ne sont pas encore fonctionnels. Ce qui constitue un énorme manque à gagner. 

Les 278 millions de francs Cfa que la mairie de Dakar avait alloués à l’hôpital Abass Ndao de Dakar, nous apprend-on, ont permis à la structure sanitaire d’éponger une partie de sa dette due aux fournisseurs et de payer les arriérés des primes du personnel médical. Une bouffée d’oxygène, ainsi insufflée par  la nouvelle équipe municipale installée en avril dernier. Depuis, Abass Ndao semble reprendre vie. Selon Arona Diop, secrétaire général du Syndicat National des Travailleurs de la Santé SNTS, le bloc opératoire fonctionne et l’hôpital ne connaît plus de rupture d’oxygène. À l’en croire, ce geste des autorités municipales a contribué à l’apaisement du climat social de la structure hospitalière et a motivé le personnel.

Dans cette dynamique, la commission médicale s’est réunie et a mis en place le Kit opératoire. « C’est tout un tas de produits médicaux qui entrent dans le processus de l’opération », explique le secrétaire général du SNTS. Ainsi, les prestations des opérations chirurgicales comme les césariennes et autres, sont revues à la hausse. Le montant passe de 35 000 francs à 80 000 francs CFA, renseigne-t-il.

Dans le même temps, les responsables d’Abass Ndao ont salué la disponibilité de la nouvelle équipe municipale. « Depuis son installation, le Maire, Khalifa Ababacar Sall a effectué trois visites au sein de Abass Ndao. Il a pris le temps de discuter avec toutes les composantes de l’hôpital », affirme Arona Diop, par ailleurs, représentant du personnel au conseil d’administration.

M. Diop, renseigne également que lors de ces visites, le maire, en colloboration avec les responsables de l’hôpital ont mis en place une commission tripartite regroupant l’administration, la commission médicale et les syndicats. Cette commission est chargée de statuer sur tous les problèmes auxquels la structure est confrontée.

Le secrétaire général de la SNTS se félicite aussi de la nouvelle démarche des autorités de la ville de Dakar, non sans faire une comparaison avec l’équipe sortante, regrettant que son prédécesseur n’ait visité l’hôpital qu’une seule fois l’hôpital, en 2003 et n’avait jamais dirigé une réunion du conseil d’administration qu’il présidait.

Toutefois, Abaas Ndao est loin de sortir de l’ornière. En effet, explique notre interlocuteur, les services d’urologie, de cardiologie et de gastrite entérique ne sont pas encore fonctionnels. À cela s’ajoute la situation financière encore déficitaire. « Si toutes les conditions sont réunies, l’hôpital peut faire jusqu’à 100 millions de recette mensuelle. Mais actuellement, on est entre 36 et 40 millions de francs CFA », regrette M. Diop.

Autre problème le statut de Marc Sankalé. Le représentant du personnel au conseil d’administration estime que ce centre de traitement du diabète doit être rattaché à l’hôpital Abass Ndao, car, dit-il, une partie de son personnel est prise en charge par l’hôpital. Une situation que les syndicalistes dénoncent.

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article