Visite de Khalifa Ababacar Sall dans les zones sinistrées

Publié le par Actions Concrètes ak Khalifa SALL


LOTISSEMENTS SCANDALEUX, STATIONS DE POMPAGE INUTILES

 

Khalifa Sall veut réaménager les quartiers de Grand Médine et Cambéréne

Le Maire de Dakar Khalifa Ababacar Sall veut réaménager les quartiers de Grand Médine et Cambéréne Fass, Hann Bel air, Grand Médine, Parcelles assainies et Cambéréne, ce sont les différentes communes visitées hier par Khalifa Sall pour s’enquérir des dégâts occasionnés par les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la capitale sénégalaise. Ainsi le maire de Dakar à la tête d’une forte délégation, a été sidéré de voir que les lotissements scandaleux dans les quartiers comme Grand Médine et Cambéréne ont été en grande partie les causes des inondations. Sur ce, le maire envisage de restructurer ces zones. En sus des stations de pompage qui n’ont pu empêcher que les habitants des Parcelles assainies pataugent.

La visite du maire de Dakar, Khalifa Sall n’a pas été de tout repos. Revenu de voyage avant-hier nuit, le maire a voulu coûte que coûte s’imprégner de la situation que vivent les populations de son département.

C’est ainsi qu’il entame sa visite dans le quartier de la mairesse Seynabou Wade à Fass. Sur les lieux, il ne reste que des flaques d’eau. Seynabou Wade explique : « nous avons agi à temps avec votre collaboration. Il y a eu deux camions citerne toute la nuit ». Le seul couac dans ce quartier est que la nappe phréatique pose problème. Dans certaines maisons, les habitants cohabitent avec l’eau. « Ce n’est qu’au mois d’octobre que l’eau va partir » martèle Mme Ndiaye. Une autre habitante interpelle le maire : « on n’a pas faim. Notre seul problème est le manque de canalisation. En plus, si c’est possible nous voulons une pelle mécanique ».

Hann Bel Air : la maternité, l’école primaire et la Mosquée sous les eaux Le maire prend note avant de s’engouffrer dans le bus.

Cap sur Hann Bel Air. Là, les dégâts sont énormes. Le terrain de foot est devenu impraticable, le centre de santé est submergé par l’eau qui rentre même dans la maternité, idem pour l’école primaire et la mosquée. L’adjoint au maire de Hann Bel air, Abass Samb explique : « il y a des gens qui vivent un calvaire infernal. Si vous avez votre voiture, vous ne pourrez jamais passer. Nous avons 4 motopompes pour évacuer l’eau ».  Khalifa Sall tente de savoir le nombre de familles touchées, Abass Samb répond : « je n’ai pas les chiffres mais je vais vous les faire parvenir avec les données exactes mais le plus urgent est que nous voulons une pelle mécanique pour soulager la population ». Khalifa Sall l’invite à s’adresser aux services techniques. Tout de même la population n’est pas contente de la visite-éclair du maire. « Contrainte de temps, nous avons d’autres sites à visiter », lance un agent de la mairie de Dakar.

 

Stations de pompage inutiles, Cambéréne et Grand Médine invivables

Deux quartiers qui n’échappent jamais aux inondations : Cambéréne et Grand Médine.

Le maire n’est pas insensible au décor.

A Grand- Médine : des habitations détruites, des murs balayés par la forte pluie « Il faudra que l’on restructure ces quartiers » relève Khalifa Sall. Les habitants ne savent plus à quel saint se vouer. Le maire de la localité, Ibrahima Diémé : « heureusement que nous avons vite fait de mettre des sacs de sable sinon ce serait pire ». Dans certaines maisons pas l’ombre d’un habitant. «Ils ont tous déserté les lieux, ils ne peuvent plus habiter ici ».

L’édile de Dakar reprend la parole : « ce qui peut sauver les populations, c’est le réaménagement car les habitations sont très basses. Il faudra que l’on restructure cette zone d’autant que  les lotissements laissent à désirer ».

La délégation reprend la route, direction, les Parcelles Assainies dont  Moussa Sy est l’édile. Aussitôt arrivé, le maire se dirige vers les stations de pompage. Moussa Sy argumente : « nous avons d’énormes problèmes avec ces stations pour lesquelles l’Etat a dépensé beaucoup d’argent mais cela n’a pas empêché l’eau d’envahir les habitants ». Et de poursuivre : « le problème est que nous n’avons pas le courant continu et on est obligé de mettre du gasoil à chaque fois qu’il y a des inondations. S’y ajoute que le gérant n’est jamais présent. Si on a besoin de lui, il est injoignable ».  

En réalité ces stations qui fonctionnent sous l’autorité étatique ne sont pas bien gérées. Ce qui pousse Khalifa Sall a demandé que la gérance de ces stations soit sous le contrôle des élus locaux.

À Cambéréne, les dégâts sont aussi énormes. Mais ici, le problème n’est autre que la manière dont les lotissements ont été faits. Un vieux d’expliquer : « ceux qui habitent ici n’ont pas fait plus de 50 ans ici. Ils habitent dans les lieux ou toute l’eau qui ruisselle passe dans les maisons ». Là aussi le maire plaide pour que l’on restructure car c’est la seule solution. Prenant la balle au rebond le premier adjoint au maire de Dakar Cheikh Gueye tonne : « il faudra que lon discute avec les habitants de Cambéréne et de Grand Médine pour la restructuration. Car il faut réaménager Dakar avec la participation des populations. Nous sommes conscients qu’il y a un travail important à faire ».

 

Samba THIAM

 

 

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article